Je retrouve depuis quelques mois cette sensation de « vrai » décalage dans le développement des mes filles. L’une à 4 ans et l’autre à 6 ans, leurs centres d’intérêts de rejoignaient - bien plus que 3 ans auparavant à 1 et 3 ans.

Et aujourd'hui, à l’heure où Melle Zébulon sent ses dents bouger, Melle Tournicoti a perdu les siennes, ne jure que par le bleu et rêve d'être styliste ou vétérinaire.

Dimanche j’ai emmené Melle Tournicoti - qui va avoir 8 ans - à notre premier déjeuner mère-fille de saison. Un moment chineprivilégié, rien pour elle, et moi. Un moment qui sort de l’ordinaire, pour la conforter sur notre amour, pour qu’elle apprécie de grandir, et qu’elle profite de son statut d’aînée.

Nous en ferons un par saison, dimanche c’était notre déjeuner d’hiver.

Et quand on lui demande ce qu’elle a aimé dans ce moment de complicité, elle parle de l’énorme poisson noir nettoyeur de l’aquarium ;-)

Elle a choisi son restaurant, et a mangé pour la première fois asiatique. Nous étions installées sur un sol aquarium, les poissons nageaient sous nos pieds.

Notre déjeuner a été essentiellement consacré au choix du menu, d’un cours de baguettes chinoises, d’observation des poissons et d’émerveillement devant l’imposant lustre (très doré et très clinquant), et devant les tableaux lumineux animés.

Elle n’avait rien de particulier à me confier, mais voulait que je lui raconte des souvenirs d’elle bébé ou de mon enfance.
Puis est venu le moment des serviettes chaudes et nous sommes rentrées retrouver le reste de notre aimée famille. C’était simple, elle était ravie et mon plaisir a été de la voir si heureuse et émerveillée (la déco en jette !).

Hier elle m’a demandé si je connaissais la date de notre prochain déjeuner.
Elle a hâte de notre déjeuner de printemps.